Brunet-Neumann, ils ne sont d'accord sur (presque) rien !

https://rmc.bfmtv.com/emission/radio-brunet/
Eric Brunet et Laurent Neumann présentent la même émission et pourtant, ils ne sont d’accord sur (presque) rien ! 
Tous les jours dans Brunet/Neumann, de 12h à 14h, ils partagent leurs désaccords sur RMC. Les auditeurs sont là pour les contredire, les défendre et les départager.
https://www.bfmtv.com/mediaplayer/replay/brunet-vendredi-19h/

Et tous les vendredis, de 19h à 20h30, ils se retrouvent sur BFM TV. Entouré chacun d'un invité soutenant leur opinion, ils débattent ensemble sur un sujet d'actualité.

"Le système de soins français a buggé!": le gros coup de gueule d'Eric


Il va falloir qu'on le dise à un moment donné: le système de soins français, soit disant le meilleur système de santé du monde a buggé! Que sur des points essentiels, nous avons été mauvais!

Je suis désolé, j'ai eu au bout de mon micro des grands professeurs de médecine, des députés, des ministres, qui m'ont expliqué que le coronavirus n'était qu'une "grippette". On était alors bien après la Chine, et bien après le retour d'expérience de la montée en puissance du coronavirus en Italie du Nord. On continuait à nous dire: "Ce n'est qu'une 'grippette'". Il s'agissait  de professeurs de médecine, virologues, épidémiologistes, microbiologistes, infectiologues, etc.

Alors, moi, je m'interroge parce que sur la question des masques, qui est quand même une question essentielle, après ce qu'il s'est passé à Taiwan, après la façon dont les sud-coréens ont combattu le coronavirus, après l'exemple incroyable de Hong Kong, on continuait à dire, en France, que les masques étaient inutiles. Importants pour les soignants mais... inutiles pour les 67 millions de Français. Je rappelle, quand même, qu'à ce moment-là, tout le monde savait que Hong Kong avait évité la pandémie grâce aux masques! Il n'y a pas de confinement à Hong Kong: malgré ses 7 millions et demi d'habitants, et la plus grosse densité de population du monde, il n'y a eu que quelques morts seulement. On les compte sur les doigts de deux mains. C'était un exemple extraordinaire! 

En 2020, on doit se nourrir de ce retour d'expérience.

Non, en France, rien. On nous a expliqué que les masques, ça ne servait à rien, mesdames, messieurs! D'ailleurs au passage, si ça ne sert à rien, pourquoi est-ce que le gouvernement a commandé 1 milliard de masques que nous allons recevoir d'ici 14 semaines? Je n'en sais rien!

Que ferons-nous dans 14 semaines, c'est à dire dans plus de 3 mois, de tous ces masques? Je ne sais pas!

Oublions la question du stock de masques du quinquennat Hollande, où l'on a supprimé ce milliard de masques que la France avait en stock. Concentrons-nous sur l'essentiel, c'est à dire que le meilleur système de soins du monde, le système français, a totalement oublié de recommander des masques après l'affaire chinoise, en décembre, et a totalement oublié de s'intéresser à la question des stocks de masques en France, au moment même où l'épidémie explosait en Italie du Nord...  à quelques dizaines de kilomètres de la frontière seulement.

La règle de la proximité aurait pu conduire quelques hauts fonctionnaires à se poser la question: "Et les stocks de masques en France?" Il y avait bien en France quatre PME qui fabriquaient des masques chirurgicaux. Problème: elles en fabriquaient pour des pays étrangers, notamment pour l'Angleterre... mais pas pour la France! Ça montre vraiment l'impéritie absolue de ce gouvernement.

Mensonges et billevesées

Après, bien évidemment, on a vu défiler sur les plateaux de télévision ou de radio des grands professeurs de médecine, et des ministres nous expliquer que, s'il y avait des problèmes en Italie du Nord, c'est parce que les Italiens, leur système de soins n'était pas bon. Désolé: on a découvert finalement qu'en Italie du Nord, il y avait à peu près le même ratio de lits de réanimation qu'en France, et qu'encore une fois c'était mensonges et billevesées.

Au passage, je note que s'il y a un système de soins dont on aurait pu parler un peu plus, c'est le système de soins allemand, qui est très performant. Je le dis depuis des années sur RMC. En Allemagne, il y a trois fois plus de postes de lits de réanimation qu'en France, mais il est vrai que le système allemand n'a pas été abîmé, détérioré par les 35 heures il y a une vingtaine d'années comme la France. Mais ça c'est un autre sujet.

Alors après, quand on parle des tests, on se rend compte que pour les tests, c'est la même chose que pour les masques. On a des autorités françaises qui nous ont expliqué qu'on allait arrêter de se tester, que ça ne servait plus à rien de tester les populations. Il a fallu une recommandation de l'OMS qui a tapé du poing sur la table et qui a dit: "On ne combat pas un incendie les yeux masqués. Testez, testez, testez!" C'était une recommandation adressée aux Français, bien évidemment.

Alors voilà, on est là, nous, Français, à répéter qu'on a le meilleur système de soins du monde, et dans le même temps, on se rend compte que sur deux éléments de doctrines de santé que sont la question des masques, et la question des tests, on s'est complètement gourés!

Tous les soirs, le directeur général de la Santé, dans son point de 19h, a répété à des milliers de Français, des choses qui n'étaient pas vraies. Des choses qui étaient fausses, et c'est extrêmement inquiétant à un moment où la France n'a même pas atteint le pic épidémiologique, et à un moment même où la France se prépare au déconfinement.

Si on continue sur cette voie-là, à être à coté de nos pompes, en matière de santé publique en pleine épidémie de coronavirus, c'est très inquiétant!

Je vous rappelle que, jusqu'à présent, c'est une espèce de syndrome assez curieux. On camoufle la vérité derrière des arguments scientifiques, c'est
ce qu'on a fait sur les masques, c'est ce qu'on a fait sur les tests, et je pense qu'en faisant cela, et bien oui, on a perdu, en France, beaucoup, beaucoup, de vies humaines. Donc je suis extrêmement inquiet pour l'avenir".
https://rmc.bfmtv.com/emission/le-systeme-de-soins-francais-a-bugge-le-gros-coup-de-gueule-d-eric-brunet-sur-l-epidemie-de-coronavirus-1891393.html